Chaud ou froid?

La question la plus populaire des gens souffrant de douleurs et/ou de limitations: « Devrais-je mettre du froid ou du chaud? » Cette question parait si simple à répondre, mais en vérité, elle est beaucoup plus complexe qu’elle ne le semble. Puisque au fond, plusieurs chercheurs se questionnent encore sur les bienfaits de chacun. Par contre, à ce jour, la majorité des chercheurs semblent s’entendent sur certaines grandes lignes directrices.

Suite à une blessure, 3 grandes phases de guérison suivront afin d’assurer une guérison optimale. La phase inflammatoire, la phase de prolifération et la phase de remodelage.

À noter qu’il est difficile de prédire la durée exact de chacune de ces phases. Tout dépend de la sévérité de la lésion et la capacité de votre corps à réagir à une blessure. De plus, celles-ci se chevauchent et s’entremêlent. Elles ne sont pas coupées aux couteaux!

De façon générale:

Phase inflammatoire

  • Dure de quelques heures à quelques jours;
  • La douleur est constante ou augmente;
  • La perte de mobilité est importante;
  • Le sommeil peut être entravé;
  • Le repos et l’immobilisation permettent généralement d’améliorer la situation.

Phase de prolifération

  • Dure de quelques jours à quelques semaines (après la phase inflammatoire);
  • Amélioration rapide de la condition;
  • Principale phase thérapeutique en réadaptation.

Phase de remodelage

  • Dure quelques semaines à quelques mois (après la phase de prolifération);
  • Phase de retour aux activités normales;
  • Phase d’optimisation du potentiel de réadaptation (pour éviter les récidives).

Maintenant, voici les avantages et inconvénients de chacune des modalités:

Froid:

  • Diminue la circulation sanguine à l’endroit où elle est appliquée;
  • Réduit l’activité cellulaire;
  • Relaxe les muscles en réduisant les spasmes musculaires (les spasmes musculaires sont des réactions normales du corps lorsqu’il subit un traumatisme physique);
  • Entraîne une raideur temporaire;
  • Une application de 15 minutes aux 2 heures combinée avec une compression peut aider à diminuer les douleurs aiguës (24-48h) lorsque celles-ci sont présentes au repos.

Plusieurs études démontrent qu’une application de glace sur de longues périodes (voir même immédiatement suite à la blessure) peut diminuer et retarder le processus de guérison. Il est important de rappeler que le processus inflammatoire est un phénomène normal que l’humain a développé tout au long de son évolution afin de se protéger et d’avoir une réparation efficace. Il peut donc être nuisible de poursuivre l’application de glace sur une période prolongée suivant une blessure.

Chaud:

  • Augmente l’activité cellulaire;
  • Augmente la circulation sanguine, facilitant ainsi la réparation des tissus endommagés;
  • Assouplie les tissus;
  • Diminue la douleur;
  • Relaxe les muscles;
  • Une application de 20 à 30 minutes est recommandée sur la région douloureuse lors de la phase de prolifération et de remodelage. Il n’est pas conseillé de s’endormir durant une application de chaleur, car il y a danger de brûlure.

* Veillez aussi noter que chacun est différent et qu’il est possible que votre corps réagisse mieux à l’une ou l’autre de ces modalités. Dans le cas ou vous n’obtenez pas de soulagement, n’hésitez pas à essayer la glace au lieu de la chaleur ou vice-versa.

Ne jamais appliquer

Glace

  • Anémie
  • Maladie ou syndrome de Raynaud
  • Blessure ouverte et importante
  • inconfort marqué au froid
  • urticaire au froid
  • hypertension sévère
  • Diabète avec complications circulatoires

Chaleur

  • Hémorragie
  • stade aigu d’inflammation
  • maladie de peau (ex.: eczéma)
  • Allergie à la chaleur
  • Sur la paroi abdominale, le bassin et la région lombaire basse chez la femme enceinte de zéro à trois mois

**Si vous êtes aux prises avec l’une ou plusieurs de ces conditions, demandez l’avis de votre professionnel de la physiothérapie ou de votre médecin avant de faire l’utilisation de glace ou de la chaleur.

Référence:
https://oppq.qc.ca/wp-content/uploads/sos.pdf